Dans la protection sociale, lutter c’est vital
Militant ?
Accueil du site > Fédération > Appel CE fédérale > Le 14 novembre contre l’austérité, pour (...)

Le 14 novembre contre l’austérité, pour l’emploi, les salaires et la protection sociale

Publié le lundi 29 octobre 2012
Mots-clés : Déclarations

La fédération CGT du personnel des Organismes sociaux appelle les syndicats à :
• Répondre à l’appel de la CES et des organisations syndicales CGT, CFDT, FSU, Solidaires et Unsa, à faire du 14 novembre une grande journée de mobilisation interprofessionnelle rassemblant les salariés du privé et du public, les retraités et les chômeurs,
• Décider des actions à mettre en œuvre pouvant aller jusqu’à la grève,
• Participer massivement aux manifestations.


14 NOVEMBRE 2012 CONTRE L’AUSTERITE, POUR L’EMPLOI, LES SALAIRES ET LA PROTECTION SOCIALE !

Le 14 novembre 2012, la confédération européenne des syndicats appelle à une journée d’action pour l’emploi et la solidarité en Europe. Les organisations syndicales françaises CGT, CFDT, FSU, Solidaires et Unsa s’inscrivent avec l’ensemble du syndicalisme européen dans cette journée.
Dans toutes nos professions, l’emploi et les salaires font les frais des politiques d’austérité dictées par la Commission européenne. Ces politiques qui font plonger l’Europe dans la stagnation économique, voire la récession ont des conséquences directes dans nos professions.
Que ce soit dans les régimes de Sécurité sociale (Régime général, Régime social des indépendants, Mutualité Sociale Agricole), l’Aide à domicile, les Groupes de Protection sociale, la Mutualité, les Missions locales, Pôle emploi…. les salariés sont au régime sec depuis plusieurs années. Chaque année apporte son lot d’économies imposées au nom de politiques à court terme et à courte vue. Le Projet de loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) est révélateur de la soumission du gouvernement au dogme de la réduction effrénée des dépenses publiques.
Tous les secteurs de la Protection sociale, pourtant essentiels pour la population, devraient être soumis à de nouvelles réductions budgétaires synonymes de suppressions d’emplois, de fusions et de restructurations, de blocage des rémunérations.
Pourtant, les conditions de travail ont atteint la limite du supportable et le service rendu se dégrade fortement. Les dysfonctionnements se multiplient aboutissant à des erreurs ou des retards préjudiciables aux usagers de nos professions. Le drame qui s’est déroulé cet été à la CAF des Yvelines où un allocataire s’est immolé par le feu devrait alerter ce gouvernement et le ministère.
Non, la Protection sociale ne doit pas être une variable d’ajustement pour tenter de parvenir à la réduction des déficits. Tous les secteurs de la protection sociale doivent être préservés et développés pour apporter au mieux aide et protection à la population confrontée à l’accroissement du chômage, de la précarité. En France 11 millions de personnes sont touchées par l’exclusion ou la pauvreté. Hier un homme, sans domicile fixe, est décédé. Ce n’est pas le froid qui a fait une nouvelle victime.
C’est le capitalisme qui l’a tué.
Face à la crise, le développement de la protection sociale est une des réponses essentielles.
Les traitements de choc infligés aux travailleurs notamment en Grèce, en Espagne et au Portugal montrent l’impasse des politiques qui conduisent à la destruction des droits sociaux. La cohésion sociale, le dialogue social et le respect des valeurs garanties par la Charte des droits fondamentaux sont remis en cause.
Ces politiques contribuent à amplifier les effets de la crise économique et sociale et accroissent fortement les inégalités entre les travailleurs européens.

La fédération CGT du personnel des Organismes sociaux appelle les syndicats à :
- Répondre à l’appel de la CES et des organisations syndicales CGT, CFDT, FSU, Solidaires et Unsa, à faire du 14 novembre une grande journée de mobilisation interprofessionnelle rassemblant les salariés du privé et du public, les retraités et les chômeurs,
- Décider des actions à mettre en œuvre pouvant aller jusqu’à la grève,
- Participer massivement aux manifestations. Dès ce jour, la fédération s’adresse à l’ensemble des organisations syndicales des professions pour leur proposer une action unitaire.

Paris, le 29 octobre 2012

Réalisé par Atelier Digitaline et propulsé avec SPIP 2 | Espace privé