Dans la protection sociale, lutter c’est vital
Militant ?
Accueil du site > Nos Professions > Sécurité Sociale > URSSAF - en route vers les profondeurs (...)

URSSAF - en route vers les profondeurs ?

Publié le mercredi 31 octobre 2012
Mots-clés : Tracts / Recouvrement

La régionalisation à marche forcée des Urssaf se poursuit. L’ACOSS continue à ne pas entendre les Instances Représentatives des Personnels CGT des organismes qui ne cessent pourtant d’interpeller leurs directions.

Est-ce besoin de le rappeler, cette régionalisation est réalisée avec la volonté d’éloignement du service public. C’est pourquoi la CGT y est depuis le début, opposée. En outre, elle est beaucoup trop précipitée, conduite sans véritable négociation et va à l’encontre les intérêts des salariés.

En effet, la caisse nationale souhaite non seulement moins de proximité mais elle en profite au passage pour rogner les droits et acquis des personnels ainsi que ceux des IRP.

Comment ?
- En rognant les heures accordées aux élus des IRP (1 seul C.E régional au lieu de plusieurs départementaux, moins de droits accordés aux syndicats : 1 D.S voire 2 par région au lieu d’un par département…). Ainsi les élus et Délégués Syndicaux sont éloignés des salariés de toute la région qui ne peuvent les informer et les alerter correctement.
- En dénonçant tous les accords locaux (horaires variables, RTT, droits locaux divers souvent obtenus après une reconnaissance d’efforts accomplis par les agents) dès le passage à la régionalisation avec une volonté de les renégocier vers le bas.

Aujourd’hui, où en est-on réellement dans les Urssaf déjà régionalisées au 1er janvier 2012 ?

Après 10 mois d’existence, dans les 3 Urssaf régionales dites « pilotes » : Le retard des dossiers, la charge de travail ne cessent de grandir, le devenir des personnels et de leurs emplois est toujours posé, l’impact sur leurs conditions de vie et de travail sont autant de questions qui restent d’actualité.

Quelles véritables garanties pour les salariés ?
- Alors que nous sommes fin octobre, les CHSCT n’ont pas encore été mis en place (10 mois après la régionalisation) alors que les risques psychosociaux sont particulièrement importants.

De qui se moque-t-on ? Veut-on nous faire prendre des vessies pour des lanternes ???
- Les accords locaux tombent tous dès la régionalisation et ils sont tous revus à la baisse. Imposition de plage fixe, des horaires. Quelle vie en dehors et au travail demain ?

Quand bien même seraient-ils positifs localement pour les salariés, les accords renégociés doivent être agréés ensuite par l’ACOSS.

L’exemple de la départementalisation des CAF montre que l’on peut douter très fortement de l’intention des caisses nationales. Ainsi, seulement 2 ans après la départementalisation des CAF, les accords commencent à être agréés. Lorsqu’ils le sont.

En effet, lorsque la tutelle juge qu’ils sont trop favorables pour les salariés, elle refuse de les agréer. Par exemple, lorsque le temps de trajet des salariés pour se rendre en formation ou en mission est considéré comme du temps de travail effectif, la tutelle refuse de donner son agrément car elle estime qu’il s’agit d’un avantage supplémentaire.

- La segmentation d’activité inquiète toujours autant le personnel des Urssaf. Après cette COG, quelle activité sera réellement réalisée sur chaque site ? Tous les organismes vont-ils conserver leurs activités ? Si nos Directeurs semblent avoir tous le même discours rassurant… « ne vous inquiétez pas, tout va bien se passer… », la CGT craint qu’il n’en soit pas ainsi.

Pour la CGT, l’heure n’est ni à la fatalité, ni à la résignation.

Avec le personnel, la CGT revendique :
- Un moratoire de la régionalisation avec la suspension des procédures en cours afin de permettre un véritable bilan des trois régions déjà créées,
- L’ouverture d’une véritable négociation à l’UCANSS permettant d’apporter de véritables garanties au personnel,
- Le maintien des usages et acquis locaux (RTT, horaires variables…),
- Le maintien de Comités d’Etablissements dans chaque département avec la mise en place d’un Comité Central d’Entreprise.

LA CGT REFUSE :
- QUE VOS EMPLOIS SOIENT BRADES,
- QUE VOS USAGES SOIENT DENONCES,
- QUE VOS CONDITIONS DE VIE ET DE TRAVAIL SOIENT DEGRADEES,
- QUE LE SERVICE PUBLIC QUE VOUS ASSUREZ SOIT REMIS EN CAUSE.

ENSEMBLE, REAGISSONS !

Plus d’info... Voir les tracts de parainages

Réalisé par Atelier Digitaline et propulsé avec SPIP 2 | Espace privé