Dans la protection sociale, lutter c’est vital
Militant ?
Accueil du site > Nos Professions > Sécurité Sociale > CAF Le 22 novembre compte rendu d’une journée (...)

CAF Le 22 novembre compte rendu d’une journée particulière

Publié le jeudi 22 novembre 2012
Mots-clés : Vidéos / Famille

Compte rendu d’une journée particulière

Ce 22 Novembre, le Directeur de la CNAF, Monsieur Drouet, avait réuni les présidents des CAF pour leur traditionnelle rencontre annuelle. Au menu, la préparation de la nouvelle Convention d’Objectif et de Gestion (COG), 2013/2016.
Au vue du bilan catastrophique de la COG en cours nous ne pouvons qu’être inquiets pour la suivante.
Pour la CGT il n’était même pas envisageable de laisser les présidents, le Directeur de la CNAF, décider, seuls du sort des salariés de la branche pour les quatre ans à venir.
Le mépris, le déni, le personnel en a ras le bol !
C’est ce ras le bol qu’ont voulu exprimer directement les salariés des CAF appelés à la grève par les fédérations CGT, FO et CGC.
A Marseille où se tiennent, les 22 et 23 Novembre, la rencontre des présidents, des délégations de salariés issues des CAF du Sud Est, Rhône Alpes, du Puy et du Nord sont venus crier leur colère.
Les fédérations accompagnées de représentant, principalement des syndicats CGT ont été reçues par le Directeur de la CNAF.
Les représentants CGT des CAF sont intervenus, vivement, exigeant des réponses du Directeur.
Des pétitions ont été remises, les questions ont rapidement fusées : « Monsieur Drouet allez vous vous opposer à l’état ? Allez-vous arrêter les mutualisations ? Allez-vous réclamer des créations d’emplois ? »
Malgré ses tentatives Monsieur Drouet a été impuissant à calmer la colère de militants qui étaient là pour exprimer le malaise de salariés qui n’en peuvent plus.
« Ca suffit, le personnel en a marre ! Si vous ne prenez pas de mesures ; c’est vous qui serez responsable ; C’est vous et vos prédécesseurs qui liquidaient l’action sociale ! »
Le représentant de la CAF du Nord a dressé rapidement le bilan d’une année de départementalisation. Le marasme du personnel, les plans d’action à répétition, l’accueil fermé pendant deux semaines ; l’impression d’aller dans le mur, un personnel qui a perdu le sens de ses missions.
« Où est ce qu’on va ? Qu’est ce qu’on répond à nos allocataires ? Il y a un nombre considérable d’allocataires qui ne peuvent pas bénéficier de leur droit. _ Vous ne pouvez plus vous contenter d’effets d’annonces ! Vous devez nous répondre. »
« La sémantique ne suffit pas. Il faut répondre à nos questions »
Face à tant de colère, nous aurions pu espérer une écoute attentive et des réponses à la hauteur des attentes.
Il n’en a rien été.
Concernant l’emploi, il a été on ne peut plus clair :
« Nous (la CNAF) allons défendre auprès de l’état, l’arrêt des suppressions d’effectifs ». Pour Monsieur Drouet il est visiblement hors de question de demander une augmentation des effectifs et des embauches.
Les heures supplémentaires vont rester un outil de gestion des directeurs et la CNAF continuera « la recherche de gains de productivité ».
A la question, posée à plusieurs reprises : doit-on recevoir les gens ? Il répond « non, on doit délivrer un service ».
Une telle désinvolture, un tel refus d’entendre les organisations syndicales est insupportable.
Les manifestants présents devant la salle de réunion, lassés d’attendre des réponses ont décidé d’envahir la salle et d’interpeller directement les présidents et directeurs de CAF présents.
C’est donc entouré du personnel brandissant banderoles et drapeaux, sous les slogans exigeants des effectifs en CDI que le représentant de la CGT a lu devant l’assemblée des présidents la déclaration jointe.
Cette journée a été un succès. Elle a permis au personnel d’exprimer sa volonté de changement dans la gestion des CAF.
Nous ne nous leurrons pas cette journée comptera mais ne suffira pas.
De nouveaux mauvais coups se préparent, pour les personnels des CAF et pour toute la profession. Un rapport de l’IGAS vient de paraître préconisant 2000 suppressions d’emplois supplémentaires dans la branche famille, de nouvelles mutualisations, prônant l’inter départementalisation et même la régionalisation.
Cette provocation inacceptable, doit être vivement dénoncée et combattue :C’est ce que nous dirons demain, lors de notre rencontre avec la ministre déléguée à la famille

La lutte doit continuer et s’amplifier.

La CGT appelle le personnel a être dans l’action, et en grève le 17 Décembre pour peser sur la réunion paritaire salaire qui se tiendra le lendemain.

Lire la Déclaration de la CGT...

Voir le diaporama...


Réalisé par Atelier Digitaline et propulsé avec SPIP 2 | Espace privé