Dans la protection sociale, lutter c’est vital
Militant ?
Accueil du site > Nos Professions > Missions Locales - PAIO > Mission Locale Oyonnax Souffrance au travail, (...)

Mission Locale Oyonnax Souffrance au travail, Discrimination : Un cas isolé dans le réseau ?

Publié le mercredi 16 octobre 2013

Depuis 3 ans plusieurs salariés de la mission locale d’Oyonnax – Bellegarde – Gex sont en souffrance à cause de leurs conditions de travail.

Aujourd’hui le turn-over compte 17 départs sur ces 3 dernières années pour un effectif d’environ 22 salariés.

Un salarié adhérent à la CGT a interpellé sa direction soutenu par le syndicat régional CGT des missions locales et l’Union Locale CGT d’Oyonnax.

Un salarié que la CGT juge discriminé : depuis plus de 8 ans conseiller niveau 1 alors que des collègues avec moins d’expérience ont obtenu des promotions, et ce sans justification de la direction envers ce salarié.

Mais le malaise ne se résume pas à cela et se place dans les interactions entre direction et salariés et autres complaisances malsaines difficiles à en faire l’état des lieux tellement la situation s’est dégradée depuis plusieurs années.

Depuis 2012 la CGT a alerté cette direction concernant ces graves dysfonctionnements, nos courriers ont été contestés par cette direction mais aujourd’hui pris en compte par l’inspection du travail qui nous donne raison.

En effet l’inspection du travail a alors réalisé cet été une enquête sur 2 jours Voici les conclusions :

- Plusieurs situations de salariés en souffrance au travail,
- Inégalité de traitement d’évolution de carrière
- Primes à la tête du client
- Mépris de la direction et atteinte à la dignité de certains salariés

Plus que jamais, la parole des salariés, même isolés, a son importance et l’action de la CGT porte ses fruits.

Il ne sera plus possible, pour cette direction d’agir dans l’impunité, elle devra revoir sa gestion d’évolution de carrière et ne plus attribuer de prime à la tête du client.

La CGT veillera à ce qu’il en soit de même dans le réseau des missions locales.

La prise en compte des risques psychosociaux dus à l’organisation du travail ne doit plus être la dernière roue du carrosse mais une priorité dans toutes les structures.

Cela prend en compte, d’après l’inspection du travail :

- La clarté des objectifs,
- la répartition des tâches entre collègues,
- l’absence de contradictions dans ce qui est demandé, le collectif de travail et la solidarité entre collègues,
- la disponibilité des supérieurs,
- l’expression des salariés et le fonctionnement des institutions représentatives du personnel,
- l’estime du travail accompli et sa reconnaissance en terme d’évolution de carrière et de rémunération, le sens du travail,
- le sentiment d’utilité et le travail de qualité dont on est fier.

Désormais quand les salariés se plaignent de leurs conditions de travail ils doivent-être entendus par leur direction. Celle-ci ne peut plus ignorer, isoler, mépriser ses salariés, feindre la minorité marginale de ses souffrances, caricaturer et nier l’expression des salariés.

POUR UNE PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX
POUR UNE ÉVOLUTION DE CARRIÈRE ÉGALITAIRE ET JUSTE
POUR LE RESPECT DE LA SANTÉ ET DE LA DIGNITÉ DES SALARIES
CONTRE TOUTES DISCRIMINATIONS ET PRESSIONS AUX OBJECTIFS DE RÉSULTATS

L’UNML devra agir et prévenir dans l’ensemble du réseau !

Réalisé par Atelier Digitaline et propulsé avec SPIP 2 | Espace privé