Dans la protection sociale, lutter c’est vital
Militant ?
Accueil du site > Nos Professions > Sécurité Sociale > URSSAF-Les salariés au bord de la crise de (...)

URSSAF-Les salariés au bord de la crise de nerf

Publié le lundi 29 décembre 2008
Mots-clés : Recouvrement

Comme le craignait la CGT, l’application de la Convention d’Objectifs et de Gestion (COG) 2006/2009, plonge les URSSAF dans une situation qui ne cesse de se dégrader tant sur le plan des conditions de travail pour les salariés, que sur le plan du service rendu aux cotisants.

Outre le fait que les fusions, mutualisations, réorganisations diverses et variées des URSSAF déstructurent chaque jour un peu plus le réseau existant, elles conduisent à la suppression de très nombreux emplois, qui aujourd’hui, manquent cruellement, pour faire fonctionner correctement les organismes. Il en résulte des tensions très importantes, notamment dans les services de production.

Ainsi, lors de l’Instance Nationale de Concertation de la Branche Recouvrement, du 29 mai 2008, l’ACOSS reconnaissait déjà un retard de 820 000 pièces mais « assistait à un redressement de la situation ». Le directeur de la Caisse nationale, Mr Ricordeau admettait toutefois une période de crise, commencée fin 2007.

L’ACOSS n’a cependant jamais varié ses propos. Sur 14000 salariés que compte la Branche, 3386 Equivalents Temps Pleins sont disponibles à la production (source INC ACOSS 29 mai 2008), c’est un chiffre suffisant à ses yeux.

Selon la Caisse nationale, « l’accroissement de la charge de travail, qui existe surtout depuis fin 2007, est due à l’arrivée à échéance de projets importants de la COG et à des difficultés de montée en charge de l’Interlocuteur Social Unique (ISU) ».

A cela sont venues s’ajouter « les réalisations des départs en retraite qui se sont opérés à un rythme plus rapide que celui qui avait été projeté dans le cadre de la négociation sur la COG ».

La CGT ne peut se satisfaire de cette affirmation continuelle.

De qui se moque t-on ?

Notre organisation a indiqué plusieurs fois dans les instances nationales (ACOSS/UCANSS) que les suppressions de postes dans les URSSAF ont largement dépassé les prévisions puisque nous en étions à 300 ETP supprimés en 2006 et 2007 contre 235 prévus initialement. Pour la CGT cela a forcément un lien de cause à effet sur ce que vivent en ce moment les salariés dans les organismes.

La situation que nous qualifions de crise, dans laquelle se trouvent les URSSAF et leurs personnels, ne peut se résumer, uniquement à « un phénomène conjoncturel, imposé par la mise en place de l’ISU (interlocuteur social unique)" .

La CGT pense en effet, que la mise en place de l’ISU au 1er janvier 2008 n’explique pas à elle seule les difficultés auxquelles sont confrontées les personnels des URSSAF. S’il est vrai que de très nombreux dysfonctionnement sont liés au RSI (très nombreux feux rouges, outils informatiques souvent incompatibles entre URSSAF et RSI etc...), il n’en demeure pas moins que la surcharge de travail est également très importante dans d’autres services (plateformes téléphoniques, accueils...).

Cela ne concerne pas forcément des comptes Travailleurs Indépendants même si cela génère une mobilisation très importante de personnel.

De plus, la montée en charge du CESU, et de la PAJE risque d’augmenter en 2009 les tensions déjà fort tendues fin 2008 et ce n’est pas le recours aux heures supplémentaires ou au rachat de RTT qui rassurera les salariés. Ils ont bien compris qu’ils doivent travailler plus pour gagner moins (et ce n’est pas la RPN du 16 décembre à l’UCANSS qui nous contredira). Lors de l’INC ACOSS du 29/05/08, 16000 heures supplémentaires étaient effectuées, 9000 seulement en avril, force est de constater que cela n’a pas empêché la charge de travail d’augmenter.

Nous le voyons bien, il n’est pas question pour l’ACOSS de remettre en cause le dogme sacré de la réduction budgétaire inscrite dans la COG et tant pis pour les salariés qui souffrent. Mr Ricordeau, ne cesse quant à lui, de continuer ses discours rassurants tout en félicitant les personnels.

Pour le directeur de la caisse nationale, nul besoin de mesures exceptionnelles puisque « la Convention Collective permet d’avoir une politique salariale ambitieuse ».

Pour la CGT, il est grand temps que l’ACOSS prenne ses responsabilités, stoppe les suppressions d’emplois et embauche du personnel pour que les URSSAF accomplissent leur travail correctement. De nombreux directeurs d’organismes alertent la Caisse nationale et cela reste sans effet à ce jour.

Les cotisants deviennent excédés ce qui occasionne encore plus de stress et de mal être au travail pour les agents et cadres de la Branche.

Dans ce contexte, les salariés attendent autre chose que des remerciements ou gratitude pour leur très forte implication.

Le manque d’effectif est patent. Il faut donc inverser la tendance.

Depuis plusieurs mois, la CGT insiste pour que l’ACOSS prenne véritablement en compte les difficultés que rencontrent les personnels des Urssaf, la dégradation de leurs conditions de travail, le manque d’effectif, l’absence de reconnaissance de leurs qualifications, l’accroissement constant des tâches. L’ACOSS reste sourde à ces revendications.

C’est pourquoi la CGT appelle :

Les personnels des URSSAF à se mobiliser le 15 janvier 2009, jour de l’INC ACOSS et jour d’échéance trimestrielle, en observant des arrêts de travail pouvant aller de 55 minutes à une demi-journée.

Les salariés de la sécurité sociale à participer à la journée nationale de mobilisation interprofessionnelle le 29 Janvier 2009.

STOP à la dégradation préoccupante du climat social, de souffrances des salariés, TOUS EN GREVE LE 15 JANVIER 2009

Mots-Clés

Coordonnées

Fédération Nationale CGT des Personnels des Organismes Sociaux
Case 536
263 rue de Paris
93515 Montreuil Cedex
tél : 01 55 82 87 01 / fax : 01 48 59 24 75


Agrandir le plan
Réalisé par Atelier Digitaline et propulsé avec SPIP 2 | Espace privé