Dans la protection sociale, lutter c’est vital
Militant ?
Accueil du site > Régions > Basse Normandie > CPAM Manche : Lettre ouverte à Monsieur (...)

CPAM Manche : Lettre ouverte à Monsieur Bernard CAZENEUVE, Premier ministre du gouvernement.

Publié le mardi 24 janvier 2017

Le syndicat CGT des Organismes Sociaux de la Manche de Saint-Lô a décider de s’adresser à vous, Monsieur le Premier Ministre, pour vous faire part de leur colère et de leur indignation suite au jugement, autant inique que révoltant, rendu le 11 janvier dernier à l’encontre des militants de la CGT de l’entreprise Goodyear. Pour paraphraser l’illustre Emile ZOLA, ce jugement constitue une véritable souillure à la face de la démocratie dans le pays de la déclaration universelle des droits de l’homme. Elle déshonore tous ceux qui, directement ou indirectement, sont responsables et coupables d’un tel verdict.

Personne ne peut en effet nier qu’il s’agit, en l’occurrence, d’un procès à caractère politique destiné à faire taire ceux qui osent se lever pour défendre et protéger leur outil de travail en s’opposant à la dégradation sociale et à la casse de l’emploi organisée par des financiers, prétendus chefs d’entreprise, au nom du seul accroissement de leurs profits. Ce sont ces raisons qui conduisent les mêmes, trop souvent en toute impunité, à procéder à des faits d’évasions fiscales dont les montants sont évalués, faut-il vous le rappeler, à 60 milliards d’euros pour la France et à 1000 milliards pour l’Europe.

Dans un contexte où, dans notre pays comme partout sur la planète, la loi du plus fort gagne chaque jour du terrain, le courage et l’abnégation des femmes et des hommes qui se battent pour plus de justice devraient être salués comme devraient l’être tous les lanceurs d’alerte, eux aussi, trop souvent laissés sans défense face aux pourfendeurs des valeurs universelles de justice, de liberté, d’égalité et de fraternité.

Il est inacceptable que tous ces militants et, pour ce qui nous concerne plus particulièrement, les militants syndicaux, soient traînés devant les tribunaux comme de véritables malfaiteurs.

C’est au nom de ces valeurs, fondamentalement portées par la CGT, que nous entendons combattre cette décision de « justice » et que nous nous rangerons aux côtés de ceux qui sauront les respecter et, mieux encore, les promouvoir.

C’est au nom de ces valeurs que nous exigeons, d’une part, que soit prononcée la relaxe immédiate de tous les militants syndicaux actuellement concernés par des procédures judiciaires et, d’autre part, qu’une loi d’amnistie soit, sans délai, ordonnée à l’égard de tous les militants syndicaux déjà condamnés.

Nous resterons combatifs et déterminés jusqu’à l’aboutissement total et définitif de ces deux exigences.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de notre considération distinguée.

La Secrétaire Générale Corinne VAUTIER

Réalisé par Atelier Digitaline et propulsé avec SPIP 2 | Espace privé