Dans la protection sociale, lutter c’est vital
Militant ?
Accueil du site > Fédération > La pauvreté en France et les incidences sur (...)

La pauvreté en France et les incidences sur les métiers de la Protection Sociale

Publié le vendredi 10 novembre 2017

La situation ne s’améliore pas pour les pauvres. Pire, elle se dégrade. Les rapports sur l’état des plus défavorisés en France se multiplient pourtant rien ne change.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Depuis 2010, le revenu mensuel moyen des pauvres n’a augmenté que de trois euros, passant de 545 euros à 548 euros, soit largement en dessous du seuil de pauvreté fixé à 1.015 euros par mois. Selon l’Insee, 9 millions de personnes vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté en France. L’occasion pour nous de rappeler l’importance de la protection sociale. Alors que les pauvres sont régulièrement stigmatisés nous mettrons en avant 2 chiffres simplement :

-  31% des ménages éligibles aux allocations familiales ne les perçoivent pas.
-  Pour le RSA c’est 40% des personnes éligibles qui n’en font pas la demande.

Ce qui tord le cou à l’idée que les pauvres "profiteraient" du système alors qu’ils sont toujours plus nombreux à ne même pas connaître leurs droits.

Cette note vise à remettre un peu ces données en perspective et à battre en brèche un certain nombre d’idées reçues. A l’heure où la remise en cause de notre modèle social tend à se normaliser il nous semblait important de dire et de redire en quoi il devient au contraire urgent de le renforcer.

Réalisé par Atelier Digitaline et propulsé avec SPIP 2 | Espace privé