Dans la protection sociale, lutter c’est vital
Militant ?
Accueil du site > Nos Professions > Aide et maintien à domicile > FAMILLES RURALES : L’année 2017, une année (...)

FAMILLES RURALES : L’année 2017, une année supplémentaire stérile lors des négociations nationales !

Publié le vendredi 15 décembre 2017

A chaque commission nationale, la CGT a demandé l’ouverture de négociations sur plusieurs sujets :

1/ Valeur du point, conditions de travail des salariés, les indemnités kilométriques, et toutes les revendications salariales, ainsi que la révision des grilles de classification, cela devient urgent. Pour les employeurs, seul le bilan social les préoccupe. Même si cela est important, d’autres priorités sont à traiter.

2/Sur le financement du paritarisme, la CGT et FO se demandent si les employeurs ont une réelle volonté d’avancer sur le sujet. Nous n’en sommes pas persuadés, nous n’y croyons pas. Lors de la commission paritaire du 11 Mai 2017, les comptes de la prévoyance maladie ont été présentés. Il en résulte qu’ils sont mauvais car déficitaires. Les organisations syndicales ne se sont pas étonnées, surtout au vu des mauvaises conditions de travail des salariés(es).

Pour la CGT rien n’est fait, ni entrepris. Depuis de nombreuses années, nous dénonçons le mal être et la précarité des salariés, que les employeurs rendent corvéable à merci, digne d’un roman de ZOLA . A plusieurs reprises la CGT a envoyé des propositions, aucune n’a été retenue. LA CGT est soi-disant trop gourmande pour les salariés. Cela fait maintenant plus de 4 ans que les salaires n’ont pas augmenté.

3/Le 30 Octobre 2017 les employeurs ont proposé un avenant pour les nouvelles commissions paritaires appelées CPPNI (commission paritaire permanente de négociations et d’interprétations).

Comme nous l’avions prévu les employeurs restent sur leur proposition initiale ne retenant aucune proposition des organisations syndicales. Leur version employeur prévoit une diminution du nombre de réunions annuelles de commissions paritaires nationales. Pour la CGT c’est inacceptable et impossible !

Nous exigeons plus de commissions paritaires nationales, au vu des sujets à traiter. Seule la CFDT est signataire de cet avenant. La CGT et FO ont fait valoir leur droit d’opposition sur cet avenant CPPNI. Nous sommes dans l’attente de la réponse du ministère.

Pour rappel, la CGT est 1ère organisation syndicale représentative à Familles Rurales, et nous sommes traités comme inexistant vis-à-vis des employeurs de branche.

4/Lors de la commission paritaire du 21 Novembre 2017, la CGT a demandé avec l’ensemble des organisations syndicales l’application de la représentativité 2017. Les organisations syndicales pouvant négociées en CPPNI sont la CGT, la CFDT et FO. Lors de cette commission paritaire nationale, l’ordre du jour prévoyait également la politique salariale.

Après des débats plutôt difficiles, les employeurs ont demandé une suspension de séance. Suite à la suspension de séance, ils ont proposé une augmentation de 4 centimes d’euros brut. De plus ils ont informé les organisations syndicales que cette proposition était ferme et définitive. Cet avenant sera mis à la signature lors de la prochaine commission paritaire de décembre.

FAITES VOS COMPTES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Depuis plusieurs années la valeur du point n’a pas augmenté. La précarité des salariés est en constante augmentation.

Pour les employeurs c’est un cadeau de noël envers les salariés. Cherchez l’erreur !!!!!!!!!!!!!!

Salariés(es) de Familles Rurales, ne restez pas seuls(es), isolés(es), corvéables. Seule la lutte, tous ensemble fait avancer et gagner, alors tous et toutes ensemble dans toutes les actions futures.

Dominique Ribet, Sandrine Blis.

Réalisé par Atelier Digitaline et propulsé avec SPIP 2 | Espace privé