Dans la protection sociale, lutter c’est vital
Militant ?
Accueil du site > Fédération > INFO FEDE N 867

INFO FEDE N 867

Publié le vendredi 26 janvier 2018

L’année 2018 est à peine entamée que déjà les mauvaises nouvelles se bousculent. La fin du RSI au 1er janvier 2018 et son intégration au régime général laisse des milliers de salariés dans l’expectative. A Pôle emploi la suppression de milliers de postes est annoncée alors que le nombre de demandeurs d’emplois ne cesse lui d’augmenter : une aberration.

Dans la Sécurité Sociale tous les 3 ou 4 ans, ce sont les mêmes mensonges pour imposer les cortèges de suppressions d’emplois. Cette logique a déjà conduit à effacer des registres 22000 emplois en 10 ans !

Résultat : des milliers de retraités, d’assurés, d’allocataires vivent des situations dramatiques à cause des retards de paiement ou des fermetures de centres. La baisse de 15% des frais de fonctionnement prévue dans la nouvelle loi de financement de la Sécurité Sociale se répercutera dans toutes les prochaines COG avec les conséquences que l’on connaît sur nos conditions de travail. C’est une véritable attaque en règle qui est menée par le gouvernement Macron contre la Sécurité sociale.

La COG maladie entérine déjà l’objectif à minima de 3600 postes supprimés d’ici 2022. Rien d’étonnant, c’est exactement ce que nous dénonçons avec vigueur depuis le vote de la LFSS.

Dans le secteur des aides au maintien à domicile la précarité pour les salariés devient la règle pendant que les entreprises du privé lucratif tirent toujours un peu plus les services vers le bas.

La nécessité d’une protection sociale de haut niveau se fait sentir chaque jour un peu plus, ces mesures sont bien l’illustration de choix de politiques antisociales qui ne reposent sur aucune « nécessité rationnelle ».

A l’heure où les inégalités se creusent et où ce gouvernement a choisi de ne s’intéresser qu’aux riches actionnaires nous entrons résolument dans la lutte active contre cette politique qui doit non seulement être dénoncée, mais qui doit cesser instamment.

Mohamed Lounas Pôle Communication/Revendicatif

Réalisé par Atelier Digitaline et propulsé avec SPIP 2 | Espace privé