«Histoire de la CGT, Bien-être, liberté, solidarité» Ep 3

Les chroniques de Ludo épisode 3 saison 2
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partage cette page

Petit à petit les coopératives sont autorisées tout comme la formation de chambre syndicale. Une loi abroge également la primauté accordée à la parole du maître sur celle de son employé, d’autres favorisent la liberté de la presse et la tenue de réunion publique.

Un mouvement de balancier suit …

1871 écrasement de la Commune de Paris , état de siège maintenu jusqu’en 1876.

1872 une loi proscrit « la provocation à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille et de la religion»…

La conquête des institutions par les républicains en 1880 change la donne ; liberté de la presse et de réunion, la loi du 21 mars 1884 reconnait l’utilité publique des syndicats. Cette dernière veille à circonscrire leur objectif à la stricte «défense des intérêts professionnel» : déclaration de statuts, composition des bureaux…beaucoup de militants s’y refusent dans l’immédiat.

Légalisé trop tard face aux mutuelles déjà en place en tant qu’interlocuteur de l’administration, les syndicats se heurtent à l’hostilité d’employeurs peu disposés à céder la moindre de leur prérogative .

Faute d’interlocuteurs, les syndicats ne trouvent d’issue que dans la lutte ce qui contrarie les républicains mais conforte l’indépendance des syndicats à l’égard des pouvoirs publics.

  La France ouvrière à la veille de la légalisation des syndicats :

– 5,5 millions d’ouvriers en 1881 dont des agricoles (1,9 million soit 36% des ouvriers) .

– Dans l’industrie deux groupes, la «petite industrie» (1,75 million soit 1,6 ouvrier par employeur) et la «grande industrie» (1,28 million soit 11 par employeur).  

– Commerce (274000), transport (201000), indépendants ( plusieurs millions).

Avant la première guerre mondiale cependant, la seconde industrialisation commençante retouche plus qu’elle ne bouleverse les grands équilibres sociaux. Les lopins de terre conservés contre vents et marées maintiennent dans les campagnes des millions d’hommes et de femmes au statut social ambivalent.

Beaucoup alternent périodes de travail salarié et périodes de production à leur compte, situation propice à la poly activité et aux migrations aux migrations saisonnières.

A SUIVRE