Les chroniques de Ludo : L’histoire secrète du patronat ! – Episode 7

A l’heure où le patronat de notre pays ne s’est jamais autant enrichi et où, à travers Macron il tente d’obtenir la destruction totale de notre protection sociale il convient de revenir sur l’histoire de ce patronat.
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partage cette page

Episode 7 : Quand l’UIMM réécrit sa propre histoire…

Dans un ouvrage illustré «l’UIMM, cent ans de vie sociale» publié en 2001 à l’occasion du centenaire de l’UIMM, la puissante Union de la métallurgie consacre un chapitre entier à «l’UIMM dans la seconde guerre mondiale».

Une histoire repeinte en rose où il est question principalement de « l’importance des actions d’entraides et de solidarité à l’égard du personnel des entreprises» et du « développement des œuvres sociales» grâce à …l’UIMM !

Ils eurent même l’idée de sortir un « livre d’or des patrons résistants»…

L’idée sera finalement abandonné, l’UIMM n’avait alors trouvé qu’une centaine de patrons résistants sur 15000 adhérents …

Archives interdites ?

Les demandes de dérogations nécessaires à certaines archives produisent des mécanismes de censure invisible et d’autocensure estime dès 1994 l’historienne Sonia Combe .

Ainsi pour accéder aux archives de l’UIMM, Danièle Fraboulet, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris XIII et co-auteur de « l’UIMM, cent ans de vie sociale» à du se plier à un parcours du combattant.

Mais avant consultation, une bonne partie de ces archives avait brûlé lors de l’incendie criminel des archives du …Crédit Lyonnais au Havre, le 19 août 1997.

S’y trouvait notamment les archives patronales sous l’occupation …

Autre destruction, hiver 2008, d’une partie des archives de BNP Paribas qui à suscité l’inquiétude et la mobilisation des historiens de l’économie.

Dans un courrier du 4 décembre 2008, la Direction de BNP Paribas plaide « l’érreur technique» et « s’engage désormais, il ne soit plus procédé à de telles destructions sans prise en compte de l’intérêt historique et patrimonial de telles sources ».

Une belle déclaration d’intention …

Pour couper court à toutes critiques les entreprises préfèrent désormais mettre en place leur propre groupe de travail, à l’image du « Comité d’histoire d’Altadis» (ex SEITA). Objectif : « sauvegarder et valoriser les archives» et «faire connaître au public le passé de l’entreprise» explique sa présentation officielle.

Ce «comité d’histoire» comporte une longue liste de prestigieux universitaires, sous la présidence de Jean Dominique Comolli, coprésident du …groupe Altadis et du professeur d’histoire contemporaine Jacques Marseille …grand défenseur de l’image et de la cause patronale …

A suivre…

Plan Marshall, une pluie de dollars pour les banques !