Pandémie : Il faut assouplir l’accès aux aides pour les jeunes de Missions Locales !

Le collectif CGT Missions Locales saisit l’Élysée !
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partage cette page

Aides aux jeunes : Harmonisation & simplification !

Maintien du service public et aides d'urgence

Les répercussions de la pandémie sont plus fortes pour les plus précaires. Les jeunes les plus en difficulté suivis par les missions locales doivent avoir des garanties de la part du gouvernement. La CGT Missions Locales avait, dès avant le confinement, sollicité une prolongation de la Garantie Jeunes pour le public qui arrivait en fin de parcours dans ce dispositif. Nous apprenons qu’une prolongation de 2 mois serait possible, sachant que le renouvellement de 6 mois est envisageable.

MAIS :

  • Avec quels justificatifs et processus de renouvellement sachant que les jeunes ont les plus grandes difficultés à disposer de ressources numériques suffisantes ? (Voir FAQ UNML à ce propos). Le processus est trop lourd, là où la possibilité de modifier la date de validité de l’accompagnement aurait pu suffire !
  • Avec quel financement pour assurer ce suivi complémentaire de 6 mois ?

Des aides versées en 5 jours pour les entreprises et en 1 mois pour les précaires

  • 110 milliards d’aides aux entreprises, 300 milliards de garantie bancaire, des aides versées en 5 jours
  • 900 millions seulement pour les ménages modestes ! Versées dans un mois.

La CGT Missions Locales saisit le Président de la République

Monsieur,

Dans le cadre de la pandémie, le réseau des missions locales ont maintenu le lien et le contact avec les jeunes (notamment via le télétravail) tout en assurant une vigilance particulière pour les jeunes qui auraient besoin d’aides d’urgence, essentiellement, voire exclusivement destinées à la subsistance.

Néanmoins, nous déplorons que les attributions d’enveloppes (Allocation Pacea) fluctuent d’un département l’autre, tout autant que les procédures et pratiques de chaque mission locale en la matière. Il en va de même du Fonds d’Aide aux Jeunes, dont les enveloppes varient d’un département, l’autre, tout autant que les procédures nécessaires au montage du dossier.

Aussi, nous sollicitons, durant la pandémie et la période de confinement et les 6 mois qui suivront :

  • Que l’accès à l’allocation Garantie Jeunes soit prolongé de 6 mois pour les jeunes qui devaient finir leur parcours durant les mois de confinement.
  • Que l’allocation Pacea soit versée sans justificatif ni justification de la part des conseillers qui en font la demande sur I-Milo.
  • Que le montant total de cette allocation soit déplafonné (donc au-delà de 3 fois le montant du RSA) si la situation l’exige.
  • Que les demandes de Fonds d’Aide aux Jeunes soient simplifiées (justificatifs et rapport social réduits à l’essentiel) quand il s’agit d’aide alimentaire, d’hygiène, de soin ou de logement.
  • Que toute aide sollicitée par les salarié-e-é-s des Missions Locales soient d’emblée considérée comme de première nécessité pour les jeunes qu’ils-elles accompagnent.
  • Que les entrées en Garantie Jeunes soient possibles et simplifiées en matière administrative

Nous vous prions d’agréer, Monsieur, l’expression de nos sincères salutations.

Annexes en téléchargement

l’actu en chiffres

10
Lits supprimés
en 15 ans dans les hôpitaux !
0
Décès du Covid19
Hommage aux victimes (au 10 Juillet 2020)
10
Postes supprimés
en 8 ans dans les hôpitaux !